Suivant Précédent

Les expériences de Feng Li Da

En Chine, beaucoup de recherches ont été effectuées pour vérifier le phénomène du « qi externe » que le maître de qigong peut émettre de ses mains et de son corps en direction d’un patient ou d’un objet. Une des pionnières en ce domaine est le médecin Feng Lida* 冯理达, qui mène des expériences à l'Hôpital général de la Marine. Feng Lida avait une renommée certaine au sein du monde médical chinois.

Elle est directrice adjointe de cet hôpital quand, en 1977, son intérêt est suscité par la guérison, sous l’effet du qigong de Guo Lin, d’une victime du cancer à qui on n’avait donné que quelques mois de vie. Elle veut alors déterminer expérimentalement si le qigong a une base scientifique. Pour ce faire, elle invite des maîtres à émettre du qi sur des objets ou des substances. Elle observe ensuite les résultats et les compare avec ceux obtenus dans un groupe de contrôle dans lequel une personne ordinaire fait les mêmes gestes sur les mêmes types d'objets ou substances. Lors d’une série d'expériences sur l'effet produit par le « qi externe» sur des bacilles du colon, son hypothèse est la suivante:

« Si le qi externe est effectivement de nature matérielle, possédant une efficacité thérapeutique, alors les bacilles du colon dans l'éprouvette seront tuées ou endommagées. La conclusion désirée est la suivante: suite à la culture, les bacilles vivantes seront moins nombreuses que celles dans l'éprouvette du groupe de contrôle »

L'hypothèse est vérifiée. Après avoir compilé les données, Feng Lida émet la ce constat : « le taux d'extermination de bacilles du colon par le qi externe du qigong est de 44 à 89.8 %. » Elle poursuit alors ses expériences sur d'autres types de micro-organismes: bacilles de typhoïde, bacilles de dysenterie, staphylocoques blancs, staphylocoques argentés, virus contagieux, etc. Elle conclut que le qi externe a l'effet d'affaiblir ou de tuer tous ces micro-organismes. En octobre 1981, elle commence des expériences sur des cellules cancéreuses, et arrive à la conclusion que sous l'effet du qi externe, le niveau d'endommagement des cellules cancéreuses peut atteindre 30%."

En juillet 1985, Feng Lida fonde l’ « Institut de recherche en immunologie », dont l’objectif est d’étudier les effets du qigong sur le système immunitaire. Il compte plusieurs laboratoires : d’examen de cellules, de virus, de micro-circulation, d’expériences animales, et d’immunologie globale.

*Fille du général Feng Yuxiang 冯玉祥 (1882-1948), elle avait, durant la guerre sino-japonaise, commencé des études d'acupuncture à Chongqing sous le maître Yang Jisheng, puis s'était inscrite à la faculté de médecine de l'Université Huaxi de Chengdu. De 1946 à 1948, elle avait suivi ses parents en Amérique et poursuivi ses études à l'Université de Californie, puis, à partir de 1949, se joignit au premier contingent d'étudiants de la Chine communiste à partir en Union Soviétique, où elle continua ses études médicales à l'université de Leningrad. Lors de ses vacances, elle rentrait en Chine où elle continuait son apprentissage d'acupuncture auprès de son maître Yang Jisheng, qui était alors conseiller auprès de l'Hôpital de Pékin. Elle rentra définitivement en Chine en 1958. C'est alors que sa carrière médicale en Chine commença. Elle publia de nombreux articles, reçut un prix du ministre de la Santé, et fut nommée directrice-adjointe de l'hôpital général de la Marine.